Plonger responsable

Plonger responsable.

Les deux centres regroupés sous le label Plongée Martinique sont engagés dans une démarche écoresponsable : formation des moniteurs dans une optique de pédagogie écologique, connaissance et respect de la faune, recherche de casiers  et de filets perdus par les pêcheurs, réimplantation de corail, lutte contre la prolifération du poisson-lion, mouillages sur bouées pour protéger les coraux (parfois même avec des ancres à vis).  

Les spécificités de Martinique

Les fonds sont riches, mais certaines espèces sont menacées ou fragiles: faune fixée (coraux, éponges ou gorgones), et faune libre (poissons, crustacés, tortues, limaces…). Parmi les espèces en voie d’extinction:

  • La tortue Luth, bien que les tortues soient protégées.
  • La langouste pour laquelle la pêche est réglementée
  • Les oursins blancs réglementée à la pêche

Les coraux, 16 espèces protégées

Les récifs coralliens figurent parmi les écosystèmes les plus riches (plus du tiers des espèces marines sur moins de 1 % de la surface de l’océan). Mais ils sont très sensibles au changement climatique et menacés par toute sorte de pollution. Seize espèces sont protégées en Martinique.

Conseils pour plonger proprement.

Tous les plongeurs le savent: en bouteille, il est strictement interdit de remonter quoi que ce soit du fond. Mais les coups de palmes malheureux, les découvertes « tactiles », les jeux parfois tentants avec les animaux, sont autant de gestes hostiles pour le milieu.  Pratiquer les bons gestes en plongée, et connaître les spécificités de la faune marine en Martinique, c’est préserver le patrimoine subaquatique de l’île. Merci de nous aider à protéger ces trésors. 

  • Les tortues. ne les touchez pas, ne les gênez pas pour remonter respirer, ne les pourchassez pas : de toute façon, elles nagent bien plus rapidement que nous! 
  • Les diodons. Lorsque ce poisson se sent attaqué, il se gonfle d’eau jusqu’à devenir une boule hérissée de piquants. Ce moyen de défense n’est pas un jeu, ne le provoquez pas. 
  • Les poulpes. Cet animal marin est particulièrement intelligent et sympathique. Ne le stressez pas. Le nuage d’encre qu’il dissipe en cas d’agression lui coûte un effort important et se renouvelle lentement.
  • Les gorgones. Il existe de nombreuses espèces. ce ne sont pas des végétaux, mais des colonies animales fixées. Fragile! 
  • Le corail. Un corail cassé ne repoussera qu’à raison de 10 à 30 mm par an! Attention aux coups de palmes malheureux. Equilibrez-vous bien, et soyez attentifs à ce qu’il y a au-dessous vous. Par ailleurs certains coraux sont très urticants (corail de feu). 
  • En cas de courant : ne pas se déhaler en tirant sur les gorgones, les coraux, les éponges, ni sur les herbes.  Choisissez plutôt une roche bien fixée. 
  • Les réserves : Il existe quelques réserves et sentiers sous-marins en Martinique. Renseignez-vous, et respectez les règlements. En particulier ne nourrissez pas les animaux. Cette pratique contribue à bouleverser l’ordre naturel des choses, et à déshabituer les animaux à se suffire à eux mêmes.

Photo sous-marine

  • La pratique de la photo sous-marine exige un minimum de technique et d’aisance sous l’eau: cela commence par une bonne maîtrise du gilet stabilisateur et de sa flottabilité.
  • N’oubliez pas que vous plongez en palanquée. Tenez informé les membres de votre palanquée quand vous souhaitez faire de la photo. En effet, vous aurez tendance à vous arrêter plus souvent, à être moins attentif aux autres. Prudence !
  • Soyez respectueux de l’environnement. Outre votre capacité à être à l’aise sous l’eau pour mieux évoluer et faciliter l’approche des sujets, votre comportement peut avoir un impact direct sur le milieu. Le fait de faire de la photo ne signifie pas s’étaler sur le milieu et perturber la flore et faune locale.

 

 

 

LES 21 PLUS BELLES PLONGÉES DE LA CÔTE CARAÏBE